Faut-il toujours dire la vérité ?

J’ai fait cet atelier avec le groupe des plus grands (enfants du CE2 au CM2)

  • Première séance

La séance a débuté par une discussion autour de la question : « Faut-il toujours dire la vérité?« .

Au départ, les enfants pensent qu’effectivement il faut dire la vérité mais assez vite indexils mobilisent un certain nombre de cas et d’exemples qui viennent contredire leur position première.

Deux arguments reviennent de façon récurrente dans la discussion: celui selon lequel il ne faut pas dire la vérité lorsque celle-ci peut blesser quelqu’un et celui selon lequel il vaut mieux mentir que de se mettre en danger.

Suite à cette première discussion, je lis aux enfants deux histoires exposant deux situations distinctes en rapport avec le thème du mensonge (je m’appuie ici sur le livre d’Isabelle Pouyau qui me sert, pour cet atelier, de support)

fullsizerender-1fullsizerender

Dans un  premier temps, je lis l’histoire aux enfants (d’abord la première) et je leur demande ensuite d‘expliciter afin que la situation soit bien claire pour tous.

Dans un deuxième temps, je leur présente trois fins possibles sous la forme de grandes images. Je leur demande de décrire et d’expliciter les trois fins et de choisir celle qui leur semble la plus vraisemblable.

 

L’exercice leur permet d’aborder la question avec plus de nuances.

Par exemple, dans le cas de l’histoire 1, s’ils étaient assez d’accord (dans la première partie de la séance) pour dire qu’il ne faut pas toujours dire la vérité pour ne pas blesser, ils remettent en question ce point et avancent désormais que persister à mentir peut, au contraire, d’autant plus blesser la personne que l’on cherche à protéger.

La discussion s’oriente ensuite sur les caractéristiques du mensonge: est-ce que ne rien dire cela peut parfois être considéré comme un mensonge ou le mensonge est forcément une parole ?

 

  • Deuxième séance

Lors de la seconde séance, comme au but de chaque séance, nous reformulons ce que nous avons fait la séance précédente.

Je leur propose le jeu du téléphone sans fil afin d’aborder avec eux la problématique de la rumeur.

Si la semaine précédente nous nous étions interrogés sur le fait de savoir s’il faut imagestoujours dire la vérité, lors de cette séance il s’agit de se demander comment démêler le vrai du faux.

L’expérience fonctionne très bien et les enfants sont étonnés de constater que les paroles peuvent être à ce point déformées (manque d’écoute, pas assez de silence, manque de clarté dans l’élocution etc.)

A partir de cette brève expérience, ils sont invités à se questionner sur la difficulté à démêler le vrai du faux: si l’on souhaite dire la vérité parfois on peut aussi véhiculer malgré soi en relayant des propos qui sont faux.

 

Je propose ensuite aux enfants de prendre feutres et crayons pour dessiner autour du thème du mensonge ou de la rumeur et cette fois-ci sous forme de bande dessinée !

 

Voici quelques BD  !

 

capture-decran-2016-11-02-a-16-33-08

 

 

 

« Le mensonge »  (Anna)  

 

 

 

 

 

capture-decran-2016-11-02-a-16-34-28

 

  

« Camille et Laura en forêt » (Noa et Suzanne)

 

 

 

 

 

bd

 

 

« Julie et Zoé enquêtent sur un crime »

 

 

 

 

 

 

capture-decran-2016-11-02-a-16-38-30

 

 

« Les dégâts de la rumeur » (Octave)

 

 

 

capture-decran-2016-11-02-a-16-33-48

 

« les bonbons » (Jade et Hélène)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *