A propos du cycle d’Ateliers Philo pour Enfants autour de la liberté dans les écoles de Goussainville


Anne-Laure Robine, diplômée en philosophie et animatrice d'ateliers de philosophie, nous parle du cycle d'ateliers Philo pour Enfants qu'elle a animé autour de la notion de liberté, dans les écoles de Goussainville (95).

 

A l’initiative du théâtre Sarah Bernhardt et de la direction culturelle de la mairie de Goussainville, les 4, 8, 10 et 11 décembre derniers, 15 classes de CE2, CM1 et CM2 des écoles élémentaires de Goussainville ont bénéficié d’un atelier de philosophie sur le thème de la liberté. En période de confinement, ce sujet a fortement inspiré les élèves!

 

En prenant d’abord appui sur des situations personnelles où les élèves se sentent libres, ou au contraire, privés de leur liberté, nous avons rapidement été amenés à interroger le lieu commun qui consiste à dire “être libre, c’est pouvoir faire tout ce qu’on veut”. Un monde où tout le monde pourrait faire tout ce qu’il veut est-il possible? La fable de l’anneau de Gygès, narrée par Platon, a permis aux enfants de faire un exercice de projection : que se passerait-il si on pouvait tout ce qu’on veut sans avoir peur d’être puni(e)? Les règles qui limitent notre liberté peuvent-elles aussi la protéger?

 

De fil en aiguille, les élèves ont ébauché leur propre définition de la liberté, à travers plusieurs distinctions conceptuelles : être libre, est-ce que cela consiste à faire ce qui est autorisé? Quelle(s) différence(s) y a-t-il entre être libre et avoir le droit? Certaines discussions ont mis l’accent sur le fait que la liberté suppose la possibilité de choisir (“on a le droit de faire plusieurs métiers, mais on est libre de choisir le métier qui nous convient ”) mais qu’elle implique aussi la responsabilité face à nos choix (“si on mange trop de bonbons, même si ce n’est pas interdit par la loi, on risque de devenir malade”).

 

Dans le contexte actuel, beaucoup d’élèves se sont également interrogés sur les liens entre sécurité et liberté. Ces deux notions s’excluent-elles? Ce fut alors l’occasion d’interroger la valeur morale de la liberté : la liberté est-elle la chose la plus importante qui existe? Peut-on être heureux sans être libre? Pour réfléchir à ces questions, l’histoire de la chèvre de Monsieur Seguin, d’Alphonse Daudet, a permis aux élèves de réfléchir au comportement de Blanchette, qui décide de quitter son enclos pour aller découvrir la montagne, malgré les mises en garde de Monsieur Seguin sur la présence du loup : pourquoi la chèvre a-t-elle agi de la sorte? Est-ce qu’on peut dire qu’elle a désobéi? Ou qu’elle a fait preuve de liberté? Les enfants ont été invités à se demander ce qu’ils auraient fait, à la place de Blanchette, et à questionner ainsi leur propre rapport à la liberté.

 

Un grand merci à Chloé Bonnetain, du service des actions culturelles de Goussainville, et aux institutrices et instituteurs des classes bénéficiaires d’avoir permis à plus de 300 élèves de philosopher sur la liberté. Une très belle initiative à laquelle l’association Philo pour enfants est fière d’avoir été associée !

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *